Accusés

September 3, 2011

Jean-Pierre Treiber

Filed under: Faites Entrer l'Accusé — Poltoine @ 9:04 pm

L’affaire Treiber l’un des faits divers les plus marquant de ces dernières années. D’abord parce que l’une des victimes est la fille du comédien Roland Giraud. Ensuite parce que le principal suspect, Jean-Pierre Treiber, a fasciné l’opinion publique. Evadé fin 2009, il s’est joué de toutes les polices de France pendant deux mois et demi. Repris, il s’est encore joué de la justice : il s’est pendu dans sa cellule avant d’être jugé. Et la loi est la loi : sans procès, Treiber reste innocent. La disparition de Katia Lherbier et Géraldine Giraud remonte au 1er novembre 2004. Les deux femmes passaient le week-end de la Toussaint en amoureuses dans un petit village de l’Yonne, La Postolle. C’est à cette date que leurs téléphones respectifs ont cessé d’émettre. Tandis que leurs cartes bancaires étaient encore utilisées dans des supermarchés, une station service, un bureau de tabac… en Seine-et- Marne ou à Paris. Les policiers ont alors visionné tous les enregistrements des caméras de surveillance et ont fini par identifier l’utilisateur des cartes : c’est un homme seul, roux, les cheveux dégarnis. Sur une vidéo, on aperçoit sa voiture, une 205 cabriolet dont la plaque d’immatriculation est en partie visible. En remontant la piste, les policiers isolent un suspect, Jean-Pierre Treiber. C’est un garde chasse de 41 ans. Il habite à Villeneuvesur- Yonne. Le bourg où les cartes bancaires ont été utilisées pour la première fois, le soir de la disparition… Quand les policiers l’interpellent, ils découvrent les cartes bancaires de Géraldine et Katia dans son portefeuille. Mais en garde à vue, Jean-Pierre Treiber s’explique : c’est un cadeau. Les filles comptaient refaire leur vie et n’en avaient plus besoin. Il ne sait pas où elles sont parties. Quand les policiers lui demandent comment il les a rencontrées, il s’embrouille et multiplie les versions incohérentes. Treiber est mis en examen pour enlèvement, séquestration, vols et escroquerie. Le 9 décembre, les policiers découvrent les cadavres de Géraldine et Katia, dans son jardin, au fond d’un puisard. Mais l’homme qui doit maintenant répondre d’assassinat, s’entête à nier. Il évoque “deux hommes en noir”, sans en dire plus. Les policiers fouillent sa vie pour y repérer d’éventuels complices. Ils se penchent aussi sur celle de la tante de Géraldine. Marie Christine Van Kempen. C’est aussi la colocataire de Katia. Peu (…)

Advertisements

Leave a Comment »

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Create a free website or blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: