Accusés

September 3, 2011

Florence Féderlé

Filed under: Faites Entrer l'Accusé — Poltoine @ 9:08 pm

Le 27 février 2004 dans l’Essonne, un promeneur découvre le corps calciné d’Yves Bourgade. Ou plus exactement, son buste, sans tête, sans pieds, et sans main. Un crime ignoble et un coupable tout désigné : sa femme, Florence Féderlé. Car Yves buvait, la trompait au grand jour. De nombreux indices matériels l’accusent. Pourtant, elle ne cessera jamais d’affirmer son innocence, comme prisonnière de son image d’épouse et de mère modèle. Fin février 2004, Florence Féderlé déclare à la gendarmerie de Milly-la- Forêt, dans l’Essonne, que son mari, Yves Bourgade, un maçon de 44 ans, a quitté le domicile conjugal depuis deux jours. Il serait parti avec une jeune femme de 25 ans et ne donne plus de nouvelles à sa famille. Malgré les investigations des gendarmes, un mois se passe sans nouvelles d’Yves. Edith Delacour, la soeur d’Yves, revient sur le climat délétère qui commence à régner entre Florence et sa belle-famille. Car Florence ne semble pas s’inquiéter beaucoup de la disparition d’Yves. Pressée de réorganiser sa vie, elle commence même à vendre les biens de son mari… C’est à ce moment que l’enquête démarre réellement. Car les gendarmes finissent par faire le lien entre la disparition d’Yves Bourgade et la découverte en forêt, d’un tronc calciné, le 27 février 2004. Une analyse comparative ADN confirme qu’il s’agit bien d’Yves Bourgade. Avec Christophe Hondelatte, Jean Espitalier, le directeur régional de la PJ de Versailles, revient sur l’enquête, qui se focalise sur la vie du couple. Florence, l’épouse « modèle ». Celle qui supporte les frasques de son mari avec le sourire, et fait taire les enfants pour que leur père puisse se reposer de ses nuits agitées… Yves, le fêtard apprécié de tous. Le quadra qui multiplie les sorties en boîtes de nuits et se vante de ses infidélités en présence même de son épouse ! L’entrepreneur en maçonnerie, dont les revenus baissent de plus en plus. Au risque de désespérer Florence qui aime bien sa petite vie bourgeoise. Alors, t-elle pu craquer et tuer son mari ? Petit à petit, l’étau se resserre autour d’elle… Un mégot portant son ADN a été retrouvé près du corps d’Yves et de multiples traces de sang sont détectées dans la chambre du couple. Mais en garde-à-vue, Florence Féderlé ne lâche rien, et a réponse a tout. Malgré ses dénégations, elle comparaît devant la cour d’assises d’Evry en janvier 2007. Sans preuve formelle, ni aveu, tout se joue sur sa (…)

Advertisements

Leave a Comment »

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Create a free website or blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: