Accusés

September 3, 2011

David Jandin & Joao Soares

Filed under: Faites Entrer l'Accusé — Poltoine @ 8:57 pm

Au début, il devait n’y avoir qu’un assassinat. Celui d’un homme au Portugal, achevé à la broche à rôtir. Mais un des tueurs a parlé. On a retrouvé son corps lardé de coups de couteaux à Amsterdam. Son confident, lui, a été tué à l’arbalète dans un bois en France. Cette affaire, c’est celle de l’incroyable pacte de sang qui a lié quatre jeunes gens, tout juste sortis de l’adolescence. Le corps de José Martins est retrouvé le 16 avril 1997, dans un parc d’Amsterdam. Lardé de 23 coups de couteau. C’est un Français, d’origine portugaise, âgé de 24 ans. Les policiers de la Crim’ retrouvent un de ses amis, Manuel Freitas. L’homme leur raconte que Martins serait en fait la troisième victime d’une série d’exécutions. La première victime, Mandinho, aurait été tuée au Portugal. La deuxième serait un ami, Armando Nogueira. Il n’a pas reparu depuis qu’il s’est rendu à un pique-nique familial dans la forêt de Larchant, avec un certain Joao Soares. C’était le 21 avril 1996. Le lien entre ces affaires, c’est qu’Armando avait recueilli des confidences de José Martins, le mort d’Amsterdam. Martins lui avait raconté qu’il avait participé à l’assassinat de Mandinho, au Portugal. Une sale besogne, dans laquelle il était accompagné de deux hommes, dont le fameux Joao Soares… Une histoire abracadabrante, que les policiers de la Brigade Criminelle n’ont plus trop de mal à croire quand ils découvrent qu’au Portugal, il y a bien un “cold case”, un meurtre non résolu. Celui de Mandinho ! Ils ont toutes les pièces d’un puzzle macabre. Reste maintenant à les assembler. En multipliant les interrogatoires, en collaboration avec la police portugaise, ils finissent par établir un scénario. L’histoire a commencé en août 1994 à Fafe, au Portugal. Julia Cunha, une riche entrepreneure, voulait se débarrasser de son mari, Mandinho. Elle en a donc parlé à un ami, Hilario Soares, le père de Joao. Un homme faible qui n’a pas hésité à proposer le contrat à son fils. Et Joao a fait appel à ses copains : Jose Martins et un troisième larron, David Jandin. Mais de retour en France, José Martins s’est montré trop bavard. Il a raconté l’assassinat du Portugal à certains proches, dont Armando Nogueira. Armando aurait-il voulu en profiter pour faire chanter les tueurs ? Toujours est-il, qu’invité à l’un de ces pique-niques dont la famille Soares est coutumière, dans la (…)

Leave a Comment »

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: