Accusés

September 3, 2011

Bernard Rouhalde

Filed under: Faites Entrer l'Accusé — Poltoine @ 8:52 pm

Elle voulait de l’argent, une prestation compensatoire, pour leur divorce. Lui, ne voulait pas payer. Alors, il a décidé de la supprimer. Et pour réussir le crime parfait, Bernard Rouhalde a invité la mafia italienne au fin fond de l’Auvergne ! Les tueurs ? Trois Calabrais. Rouhalde a demandé à une amie, une veuve au-dessus de tout soupçon, de les héberger dans son village de 300 habitants. Le temps de préparer et de commettre leur crime. Ce qu’il ignorait, c’est qu’un mafioso est parfois plus bavard qu’une “mamie” auvergnate !… Françoise Ferreyrolles a été assassinée le 26 novembre 1991, à 7 h 30 du matin. Le tueur, était embusqué chez elle, dans le hall de son appartement, en plein centre de Clermont-Ferrand. Quand elle rentrée de sa promenade quotidienne, il l’a achevée de quatre balles. Toutes mortelles. Et sans un bruit. Un crime de professionnel, commis avec un Beretta, une arme italienne. Les policiers fouillent dans la vie de Françoise. Ils découvrent qu’elle a entamé une procédure de divorce, il y a deux ans, et que depuis, c’est la guerre. Le divorce a été prononcé trois mois plus tôt, aux torts partagés. Bernard Rouhalde doit une pension à sa femme, mais il ne veut pas en entendre parler ! Et les policiers constatent vite que la date de l’assassinat de Françoise l’arrange bien : à un jour près, ils ne sont pas encore officiellement divorcés. Rouhalde n’a donc plus rien à payer ! Pour les policiers, voilà un mobile !… Le problème, c’est que le mari de Françoise exerce en Italie, à Aoste, où il est dentiste stomatologue. Et le jour du crime, il était bien làbas… Loin de Clermont-Ferrand. Quand les policiers l’interrogent, Bernard Rouhalde, leur explique que la mort de Françoise est sûrement liée aux trafics de drogue auxquels elle se livrait avec l’Italie. Ils vérifient, mais les seules activités louches dont les proches du couple leur parlent, ce sont celles du Docteur Rouhalde : travail au noir, trafic de devises… Françoise aurait même constitué un “dossier” de preuves de toutes ses combines ! Les soupçons sur le mari planent toujours, mais l’enquête n’avance pas plus. Quand, en juillet 1992, la justice italienne vient donner un sérieux coup de pouce aux enquêteurs clermontois ! Un mafieux calabrais, Salvatore Caruso, veut bénéficier de la loi sur les repentis. Et pour ça, il est prêt à collaborer avec la police, à “balancer” son clan. Il raconte les menaces, les enlèvements, les crimes… Et au fil du récit, (…)

Leave a Comment »

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: