Accusés

September 2, 2011

Jacques Mesrine

Filed under: Faites Entrer l'Accusé — Poltoine @ 10:26 pm

Jacques Mesrine est l’une des plus grandes figures du banditisme français. Grâce à sa capacité à changer de visage, “l’ennemi public numéro 1” s’est joué de toutes les polices. Recherché en France, au Canada, et même par le FBI aux Etats-Unis, il a réussi pas moins de quatre évasions, ponctuées de cavales épiques, jusqu’à sa fin tragique sous les balles des policiers le 2 novembre 1979. Il a déjà à son actif de nombreux braquages, des enlèvements et deux évasions au Canada en 1969 et 1972 lorsqu’il regagne la France en 1973. Il y est arrêté le 8 mars, après de multiples braquages en compagnie de Michel Ardouin, dit “Porte-Avion”, qui revient pour nous sur le contrat d’honneur qu’il avait conclu avec Mesrine.
Grâce à lui, Mesrine s’évade du palais de justice de Compiègne le 6 juin 1973. A nouveau arrêté le 28 septembre 1973, Mesrine est condamné à vingt ans de réclusion le 19 mai 1977. Ses avocats Me Geneviève Aiche, Me Jean-Louis Pelletier et Me Martine Malinbaum nous parlent de l’homme et de ses frasques au procès. Pour Faites entrer l’accusé, Roger Knobelspiess et Charly Bauer, deux grandes figures du banditisme, reviendront sur la période de détention de Mesrine et sur leur combat commun contre les quartiers de haute sécurité. Le 8 mai 1978, le “Grand Jacques” s’évade de la Santé avec François Besse. Il rejoint Michel Schayewski, qui nous relate leurs coups d’éclat, tel l’enlèvement du “milliardaire de la Sarthe”. Gilles Millet et Isabelle Pelletier, journalistes qui ont interviewé Jacques Mesrine pendant sa dernière cavale, nous racontent leur rencontre avec “l’homme aux 1 000 visages” et nous livrent leur analyse du personnage et de sa personnalité contradictoire. C’est l’époque où Mesrine se prend au jeu de sa réputation d’ennemi public numéro 1 et se lance dans une dérive sanglante. Après l’affaire Tillier, journaliste qu’il manque de tuer par vengeance personnelle, sa cavale s’achève tragiquement sous les balles des policiers en 1979. Assassinat ou légitime défense ? Avec Christophe Hondelatte, Robert Broussard, le patron de la brigade antigang alors considéré comme le premier flic de France, revient sur la polémique. Il détaille aussi la longue et difficile traque de Mesrine et la guerre des polices qui l’a encore compliquée. Il raconte enfin ses deux fameuses arrestations au champagne et les multiples provocations qui entretenaient à l’époque la pression médiatique, et aujourd’hui le mythe Jacques Mesrine.

Leave a Comment »

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: