Accusés

September 2, 2011

Dominique Louis

Filed under: Faites Entrer l'Accusé — Poltoine @ 10:38 pm

Un Français, de 76 ans, mort renversé par un 4/4, sur une route d’Espagne… Une épouse éplorée… Des cendres rapidement dispersées au fil de la Saône… Et une affaire qui devait en rester là. Mais un policier de Lyon s’en est mêlé. Presque par hasard. Pour découvrir, ce que ce banal accident de la route cachait. Derrière, une policière déchue pour prostitution, des amants avides d’argent, des années de travail pour dénicher le pigeon qui les rendrait riches ! Et bien sûr, un assassinat. La route file tout droit, vers Tordessilla, à 400 kilomètres de la frontière française. Ce 12 juillet 2003, il fait très chaud. C’est l’heure de la sieste. Et c’est pourtant, sur cette route, déserte, que Simon Jochimec trouve le moyen de se faire renverser par un 4X4. Sa femme, Dominique, de 31 ans sa cadette, raconte aux policiers espagnols qu’elle s’est arrêtée au bord de la route à cause d’un problème de roue. Simon est allé placer le triangle de sécurité, quand il a été fauché par un 4/4 gris. Deux jours plus tard, le corps de Simon est incinéré. Sa veuve rentre à Lyon afin de disperser les cendres dans la Saône, et fait publier dans le Progrès le faire part de décès. Un faire part qui ne passe pas inaperçu… Quand un ami de Simon apprend son décès par la presse, il n’en revient pas… Pourquoi la veuve n’a-t-elle prévenu personne ? Au téléphone, elle lui explique que Simon a eu un accident de la route près de Bagnères de Bigorre, dans les Pyrénées. Mais elle ne peut pas lui en dire plus. Alors, l’ami de Simon appelle une de ses connaissances ; Jean-Yves Castellon, un policier qui pourra peut être lui apprendre plus sur les circonstances de l’accident… Le commandant travaille à la brigade financière de Lyon, mais il accepte d’appeler ses collègues des Pyrennées, histoire de rendre service… C’est comme ça, qu’il découvre le mensonge. A Bagnères de Bigorre, on a jamais vu cet accident. Ni Simon Jochimec !… Le policier sent vite que l’affaire est louche… Et plus encore quand il apprend que Simon Jochimec était très riche ; seul héritier d’une fortune de plusieurs millions d’euros, gagnée dans la bonneterie, par sa famille. Vieux garçon, « fils à maman, il a toujours vécu de ses rentes, et venait de rencontrer l’amour. A 73 ans ! Dominique, sa dulcinée, était jeune et belle. Elle se présentait comme accompagnatrice de voyage et se faisait appeler Maud. En septembre 2002, elle est devenue Jochimec. 10 mois (…)

Leave a Comment »

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: